Connexion

logo UdeM

Répertoires Facultés Bibliothèques Plan campus Sites A-Z Mon portail UdeM
Rechercher
logo
Interview avec ... Nicholas H. Ogden

Nicholas H Ogden

Dr Nick Ogden, vétérinaire, a obtenu en 1996 un doctorat en écologie des maladies infectieuses à l’Université d’Oxford, en Angleterre. Après 6 ans comme professeur à l’Université de Liverpool, il a commencé ses recherches sur l’écologie des maladies vectorielles1 et des zoonoses2 et sur les impacts des changements climatiques à l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). En tant que directeur du Centre des maladies infectieuses d'origine alimentaire, environnementale et zoonotique à l’ASPC, il a dirigé des programmes sur les changements climatiques et les maladies infectieuses. Il est maintenant chercheur scientifique au Laboratoire national de microbiologie de l’ASPC, professeur associé à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, chercheur régulier à l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal (IRSPUM), et membre actif du Groupe de recherche en épidémiologie des zoonoses et santé publique (GREZOSP)

Parlez-nous...

… de vos travaux actuels

Ma recherche concerne la compréhension de l’écologie des zoonoses (maladies transmises aux êtres humains par les animaux), des vecteurs et des maladies vectorielles afin de mieux prédire le risque actuel de ces maladies, et le risque futur, en raison des changements climatiques. Ma recherche cible les maladies vectorielles telles que la maladie de Lyme, le virus du Nil occidental et le chikungunya en Amérique du Nord et en Amérique centrale, la malaria et d’autres maladies en Afrique, puis les maladies causées par des parasites (toxoplasmose et trichinose) dans le Nord canadien. Cette recherche est hautement transdisciplinaire puisqu’elle concerne à la fois l’écologie, l’épidémiologie (incluant la modélisation mathématique et statistique ainsi que la géomatique et l’analyse spatiale), la microbiologie et la parasitologie, ce qui est facilité par les liens possibles par l’entremise du GREZOSP.

…d'un problème majeur dans votre milieu de recherche

Un problème important pour la santé et la santé publique au sujet des zoonoses est de comprendre non seulement où et quand les pathogènes et parasites apparaissent, mais également où et quand leurs différentes souches apparaissent. Les souches diffèrent dans leur capacité d’infecter et de causer la maladie chez les humains et les animaux, et les différentes souches peuvent nécessiter des méthodes de diagnostic variées afin de les détecter. Étant donné que les ressources financières sont limitées, il faut se concentrer sur les souches qui ont le plus d’impact sur la santé publique. Pour plusieurs zoonoses, l’apparition de souches n’est pas déterminée par l’activité humaine, mais bien par le processus de transmission dans l’environnement naturel.

…de ce que vous faites pour régler ce problème

J’ai instauré un programme transdisciplinaire qui intègre la recherche sur l’influence des systèmes naturels entretenant des pathogènes vectoriels et zoonotiques sur la diversité des souches, avec la recherche sur les conséquences cliniques et diagnostiques de la diversité des souches. Ceci implique la modélisation écologique et épidémiologique, la microbiologie moléculaire, la taxonomie ainsi que les sciences de santé publique.

…d'un mythe qui perdure dans votre milieu

Que les sciences telles l’écologie, l’épidémiologie, la microbiologie, la parasitologie, la médecine humaine, la médecine vétérinaire et la santé publique ne sont pas reliées!

…de vos collaborations avec vos partenaires

Le Groupe de recherche en épidémiologie des zoonoses et santé publique (GREZOSP) est une collaboration continue entre la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal et l’Agence de la santé publique du Canada, laquelle crée un riche réseau local et multidisciplinaire de chercheurs et fournit un environnement idéal pour ma recherche. En dehors de ce partenariat, j’ai des collaborations étendues au Canada avec des organismes de santé animale et publique territoriaux et provinciaux, des groupes en modélisation et en informatique au sein de l’Université York (Toronto), des épidémiologistes et pathologistes au Ontario Veterinary College et au Western Veterinary College, des virologistes à l’Université Memorial de Terre-Neuve, des collaborations avec plusieurs chercheurs américains associés à un projet important de recherche financé par le National Science Foundation (NSF) ainsi que des experts en phylogénétique et bactériologie à l’Université de Bath en Angleterre et au German National Reference Centre for Borrelia.

…d'une mise en application concrète de vos résultats de recherche

En tant qu’employé de l’ASPC, l’ensemble de ma recherche doit clairement avoir un mandat et une application en santé publique au Canada. Des exemples incluent des analyses quant au risque de propagation de la maladie de Lyme au Canada selon les changements climatiques actuels et futurs, ce qui a mené au développement du Plan d’action fédéral sur la maladie de Lyme ainsi que le projet de loi C-442 (Loi concernant le cadre fédéral relatif à la maladie de Lyme), lequel est entré en vigueur en 2014, de même que la recherche en cours en vertu du Plan d’action fédéral sur la maladie de Lyme, et des programmes fédéraux sur l’adaptation aux conséquences des changements climatiques sur la santé.

…du but que vous vous fixez

Mon objectif est de continuer à entreprendre des recherches multidisciplinaires de qualité dans le domaine des zoonoses, des maladies vectorielles et des changements climatiques afin de soutenir les priorités en santé publique et ultimement, de mieux protéger les Canadiens contre les conséquences sur la santé des maladies vectorielles et zoonoses émergentes et réémergentes.


 

1 Une maladie est appelée à transmission vectorielle lorsque des bactéries, des virus ou des parasites sont transmis par un intermédiaire d’un humain à un autre. Cet intermédiaire, encore appelé vecteur, est généralement un animal, un moustique ou une tique. Source : www.monclimatmasante.qc.ca/public/maladies-vectorielles-et-zoonoses.aspx
2 On parle de maladie zoonotique ou de zoonose lorsque celle-ci est transmise directement d’un animal vertébré à l’être humain. Source : www.monclimatmasante.qc.ca/public/maladies-vectorielles-et-zoonoses.aspx

ACCUEIL  |  BOTTIN DE L'IRSPUM  |  POUR NOUS JOINDRE  |  AVIS LÉGAUX  |  PLAN DU SITE
escort kusadasi
bitcoin casino
astropay bozdurma
gazianteplie.com izmir escort
Pornolar sikis izle, turk sex

pornolar

turk porn

turk sex sikis seyret

porno hd izlemek icin en ideal sex sitesi.
Pornolar sikis izle, turk sex

pornolar

turk porn

turk sex sikis seyret

porno hd izlemek icin en ideal sex sitesi.
escort tunceli escort usak
tekirdag escort kirikkale escort
izmir escort bayan
huluhub.com
video bokep
escort kusadasi
escort ankara bayan pendik escort
izmit escort didim escort denizli Escort kibris escort bayan